Acte 45 des gilets jaunes : 7 500 policiers déployés à Paris

Par Willy Le Devin — 
Policiers postés devant l'église de la Madeleine avant la manifestation des gilets jaunes, à Paris, le 21 septembre.
Policiers postés devant l’église de la Madeleine avant la manifestation des gilets jaunes, à Paris, le 21 septembre. Photo Alain Guilhot pour Libération

Huit secteurs interdits aux manifestations, des blindés de la gendarmerie, le préfet de police de Paris a prévu un dispositif imposant pour parer à d’éventuels troubles. Les services de renseignement craignent la venue de 100 à 200 militants «antiétatiques».

p

L’été est bel et bien fini. Revoici, pour la saison deux, les arrêtés d’interdiction de manifester, les blindés de la gendarmerie – dits VBRG –, les unités rapides à moto, les canons à eau. Oui, les gilets jaunes sont de retour, et entendent bien montrer que le mouvement comme ses revendications ne sont pas morts.

Pour cet acte 45, uniquement parisien, les autorités craignent un réveil salé. Depuis plusieurs jours, les synthèses du renseignement accouchent de perspectives inquiétantes. Une note de la DRPP, citée par le Point, annonce par exemple la venue «de 100 à 200 militants antiétatiques, avec l’objectif de créer une situation insurrectionnelle». Il faut dire que l’agenda des cortèges affiche complet avec, simultanément, des défilés pour le climat et contre la réforme des retraites. Ce panorama galvanise les gilets jaunes, résolus à enclencher la fameuse «convergence des luttes»«On aimerait initier des passerelles pour faire redoubler la contestation, témoigne l’un d’eux auprès de LibérationLe gouvernement Macron écrase les petits. Sa politique de casse sociale et de casse climatique, notamment via le Ceta [l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, ndlr] est un scandale. On doit tous s’unir pour contrer cette mondialisation pourrie dont plus personne ne veut.»

Huit secteurs interdits

Vendredi, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a égrainé l’imposant dispositif mis en place pour éviter les débordements. Près de 7 500 policiers seront déployés dans la capitale. En outre, les autorités ont pris un arrêté interdisant tout rassemblement dans huit secteurs : les Champs-Elysées et ses rues adjacentes, Assemblée nationale, Matignon, Trocadéro-Tour Eiffel, Sénat, Notre-Dame, ainsi que les bois de Vincennes et de Boulogne, identifiés comme des zones de repli, voire des caches d’armes potentielles.

Autour du palais présidentiel, un arrêté encore plus coercitif, pris en vertu du code de la sécurité intérieure, permettra de procéder à des fouilles minutieuses. C’est dire si, par son ampleur, ce dispositif rappelle ceux mis en place en décembre dernier, lors des manifestations les plus dures du mouvement. Lors de sa conférence de presse, vendredi, Didier Lallement a invité les organisateurs de cortèges déclarés (retraites et climat) «à empêcher les fauteurs de troubles de salir leurs causes». Et a prévenu : «ceux qui manifestement veulent prendre des revanches sur je ne sais quelle journée […] nous ne lâcherons rien, nous serons là.» Pour l’occasion, les pompiers de Paris rôderont eux aussi un dispositif ambitieux et mobile : des motos sillonneront les rues pour réagir plus vite en cas de départs de feu.

On l’oublierait presque, mais ce week-end est aussi marqué par les journées du patrimoine. Par anticipation, de nombreux sites envisagent des visites sur pré-réservation. L’Arc-de-Triomphe, lui, sera cadenassé à triple tour. Les assoiffés de culture risquent de surtout admirer les plus beaux uniformes du maintien de l’ordre.

Willy Le Devin

Publicités

Carcassonne. Éoliennes de la montagne noire : le vent tourne, la lutte s’organise

  • Des discussions animées entre les responsables des différentes associations anti-éoliennes.

    Des discussions animées entre les responsables des différentes associations anti-éoliennes.
Publié le  , mis à jour 
l’essentielDe plus en plus de voix s’élèvent contre le développement anarchique de parcs éoliens en France. Dans la Montagne Noire, une première mobilisation a rassemblé dimanche dernier une centaine d’opposants qui s’inquiètent pour leur cadre de vie, leur santé, la biodiversité…

«C’est moche et ça fait beaucoup de bruit, même si pour certains les éoliennes ont une bonne image, sauf pour les gens qui vivent à côté», se plaint une convive lors du repas pris en commun. Sur les hauteurs de Cubserviès, près de Roquefère, une centaine d’habitants de la Montagne Noire se sont mobilisés afin de marquer leur désaccord quant à la prolifération non contrôlée des éoliennes sur leur lieu de vie, leurs nuisances acoustiques, visuelles et autres. Une journée avait été organisée par l’association Vent Mauvais, qui associait le caractère ludique avec une randonnée le matin, et le sérieux l’après midi avec une plateforme de discussion.

D’entrée, le cadre était tracé. Avec 700 éoliennes, l’Occitanie veut devenir la première région à énergie positive d’Europe. Mais, selon les opposants à l’éolien industriel, les promoteurs d’éolien semblent guidés par le profit, la rentabilité plutôt que par la transition énergétique.

Patrice Lucchini, au nom de Vent Mauvais, recentrait ses propos sur la Montagne Noire, qui compte déjà huit centrales pour 86 éoliennes et qui demain, avec les constructions et les projets à venir, pourrait atteindre le chiffre de 150. Plusieurs de ces projets sont dans son viseur : «A Laprade, sept sont envisagés près du Mémorial de la Résistance de Fontbruno, alors que la totalité de ses habitants ont voté contre. à Pradelles-Cabardès, au lieu-dit La Braquette, le tribunal administratif de Montpellier a retoqué l’avis défavorable émis par le Préfet concernant trois éoliennes. Dans le secteur de Pradelles/Cabrespine encore, un repowering prévoit de remplacer 16 éoliennes par neuf de nouvelle génération avec des hauteurs de 200 mètres en bout de pâles et des puissances triplées. Dans le village des Martys, sur le plateau du Sambrès déjà pourvu de 26 éoliennes, six autres sont prévues».

D’autres interventions, comme celle de Jacques Biau, un Tarnais à la tête de Nostra Montanha à Rialet-sur-Tarn, et celle de Thierry Farion, du Collectif Citoyen pour des Corbières Vivantes autour de Davejean-Dernacueillette, appuyaient encore un peu plus le trait à travers des épisodes récents. Tous s’accordent à dire qu’il n’existe aucune politique de planification et que chaque projet était assujetti à la volonté ou non d’élus locaux, sachant qu’en dernier lieu l’aval du représentant de l’état est obligatoire : «Le maire ouvre la porte, le préfet décide». Dans ce cadre-là, le président de Vent Mauvais était reçu ce jeudi 12 septembre à la préfecture pour la première fois en vue d’évoquer la situation dans la Montagne Noire. Les représentants des différentes associations demandent un moratoire d’un an. Dans cette attente, une pétition signée via internet par plus de 9000 citoyens a été remise par la même occasion au préfet par intérim du département de l’Aude, Claude Vo-Dinh.


Un témoignage poignant

Originaire d’Afrique du Sud, Cathy Jackson a toujours été attirée par la nature sauvage. En 2003, elle fait l’acquisition d’une maison forestière bordant le lac de La Galaube, à Lacombe. Le montant de la vente et de nombreux travaux, dont l’électricité et l’eau, font monter la note de ce qui devait être un paradis pour sa retraite à pas moins de 500 000€. Lorsqu’en 2015 elle a vu s’implanter onze éoliennes tout près de sa demeure, pour une puissance totale de 22MW, Cathy doit pourtant déchanter. «C’est horrible, je vis avec les fenêtres fermées en plein été, entre le bruit incessant et la nuit des phares rouges clignotant. Je n’ai pas dépensé tout cet argent pour habiter dans une zone industrielle. Qui plus est , mon bien est aujourd’hui invendable». Depuis trois ans, notre Sud Africaine se bat pour faire valoir ses droits auprès du promoteur, de la DREAL et de la Préfecture , du sénateur Roland Courteau, contacté, mais rien n’a bougé à ce jour. Un cadre de vie détruit, Cathy Jackson ne passe guère plus de deux mois par an en France, elle qui souhaitait en faire son havre de paix.

Un outil informatique pensé par des élus pour des élus dans l’Aude

  • Première présentation cette semaine./ Photo DDM, Gladys

L’association des maires de l’Aude est très intéressée par un outil informatique pensé par les Aveyronnais. Il sera présenté bientôt aux élus audois, qui y voient un gain de temps et d’argent pour les administrés.

«Chaque département a sa spécificité, c’est la richesse de notre pays mais cela nous oblige à adapter notre fonctionnement. La mutualisation nous rend plus efficace et en même temps c’est un gain de temps et d’argent pour nos administrés. Il nous faut réinventer notre mode de fonctionnement puisqu’on ne peut augmenter nos recettes, il faut donc rationaliser la gestion de nos coûts».

Eric Menassi, le «Monsieur informatique» de l’association des maires, résume la réunion de travail qui s’est tenue en maire de Castelnaudary où Patrick Maugard, président de l’Association des maires de l’Aude (AMA) avait réuni Laurent Naudy, directeur de l’aAgence technique départementale, Régis Banquet, président du Syaden, et sa directrice «ressources» Marie Peyre, Hervé Antoine, directeur général des services à la mairie de Castelnaudary et maire de Villeneuve-la-Comptal, à l’occasion de la venue des Aveyronnais Jean Louis Grimal, président de l’Association des maires et Jacques Barbezange, directeur général des services du Smica.

«Un outil pensé par des élus pour des élus, un outil de premier ordre qui est arrivé à maturité et peut rendre d’innombrables services aux élus des petites communes de notre département», relève Patrick Maugard, qui revient sur la genèse de l’échange. «Lors des réunions des présidents d’associations des maires d’Occitanie, nous échangeons sur les problèmes de gestion que nous rencontrons au quotidien dans nos communes et comment nous les réglons. C’est à cette occasion que Jean-Louis Grimal nous a parlé du Smica, dont il est également le président». Un process qui a immédiatement séduit le président de l’AMA, d’autant que d’autres départements comme le Tarn, le Tarn-et-Garonne ou encore le Lot l’ont déjà adopté. «C’est un outil aidant pour les élus qui, d’un simple clic, pourront ainsi voir tous les réseaux souterrains : électricité, gaz, eau et aujourd’hui le très haut débit. D’un simple clic sur une maison, on voit tout de suite dans quelle zone elle se situe et l’on sait immédiatement, si l’on doit délivrer un permis de construire, quelles contraintes il y a».

Le vœu de Patrick Maugard est à présent de présenter à ses collègues maires, lors d’une prochaine réunion de l’AMA, ce fantastique outil qui a fait ses preuves chez nos voisins.

Gladys Kichkoff

Le Ceta, cheval de Troie d’une agriculture toxique aux effets dévastateurs

 PAR 

Il va être au cœur des discussions du contre-G7 qui s’ouvre ce mercredi à Hendaye. L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, ratifié par l’Assemblée nationale le 23 juillet, fera venir dans nos assiettes un bœuf nourri avec des substances interdites en Europe.

Il a suscité la colère des agriculteurs au moment de sa ratification en plein cœur de l’été : en Saône-et-Loire, dans le Cantal, en Corrèze et dans la Creuse, des députés ont été pris à partie, l’un d’eux a vu sa permanence murée, des éleveurs se sont rassemblés pour protester ici et là. Le Ceta, l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, déjà en vigueur depuis dix-huit mois (il a été voté par le Parlement européen en février 2017) et approuvé côté français par l’Assemblée nationale le 23 juillet, a suscité une vive opposition du côté des deux principaux syndicats agricoles. FNSEA et Confédération paysanne ont dénoncé tous deux, malgré leurs divergences de fond, un accord dangereux pour notre alimentation et notre environnement.

À l’heure où le contre-sommet du G7 s’ouvre à Hendaye pour faire émerger des alternatives et des solutions face à l’urgence climatique et aux traités de libre-échange en amont du rassemblement des sept puissances les plus riches de la planète ce week-end, Mediapart a décidé de décrypter le volet alimentaire de cet accord canado-européen, tant l’impact va être lourd dans nos assiettes et sur notre environnement.

Trois filières, en particulier, sont concernées : la filière bovine – avec l’ouverture, pour les Canadiens, d’un quota de 64 750 tonnes de viande exemptées de droits de douane –, la filière porcine – 75 000 tonnes de viande exemptées de droits de douane –, et la filière du froment – 100 000 tonnes.

Dans une exploitation bovine canadienne, à South Mountain (Ontario). © ReutersDans une exploitation bovine canadienne, à South Mountain (Ontario). © Reuters

Les filières de production européenne ne sont pourtant pas en manque, et le développement du commerce international est en contradiction totale avec l’urgence de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais la portée du Ceta va encore plus loin. Les standards de la production bovine outre-Atlantique n’ont en effet rien à voir avec ceux du continent européen. Les conséquences ne sont pas anodines : en termes de bien-être animal, d’impact sanitaire, de biodiversité et de lutte contre le changement climatique, l’importation de viande de bœuf canadienne va bousculer les équilibres agroalimentaires européens, pourtant déjà largement perfectibles en matière de préservation de l’environnement.

Car la production canadienne repose sur un modèle intensif poussé à l’extrême : deux tiers des exploitations bovines comptent plus de 10 000 bêtes. Une échelle incomparable avec la taille des fermes en France où l’on trouve, en moyenne, 60 à 70 vaches. Ces exploitations, que l’on appelle outre-Atlantique les feedlots, parquent les bêtes les unes sur les autres dans des zones d’engraissement à ciel ouvert, hiver comme été. Nul pâturage dans ces fermes industrielles, mais de la boue et du maïs OGM qui constitue 80 % de l’alimentation (on peut s’en faire une idée dans cette vidéo réalisée en 2014 par Interbev, association interprofessionnelle qui représente et défend les intérêts de l’ensemble de la chaîne agroalimentaire de la filière bovine). Le transport du bétail pose aussi question : en Europe, l’acheminement à l’abattoir est limité à quatre heures de trajet. Au Canada, où il n’existe aucun texte législatif sur la question du bien-être animal, la limite est de huit heures.

Autre problème majeur de la production bovine canadienne : les substances ingurgitées par l’animal. Si le modèle agricole européen, développé depuis des décennies par les pouvoirs publics et encouragé par la PAC (Politique agricole commune), reste adossé à un schéma productiviste qui a déjà fait d’innombrables dégâts, il faut reconnaître que prises de conscience, épidémies et scandales agroalimentaires ont, depuis une vingtaine d’années, fait évoluer la législation. Rien de tel au Canada, où un total de quarante-six substances actives interdites en Europe sont utilisées comme pesticides dans la chaîne de production.

L’une de ces substances, c’est l’atrazine, un herbicide interdit dans l’UE depuis 2003. Diagnostiqué comme ayant des effets néfastes dans le développement de l’embryon humain par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et quelques années plus tard par l’université de Berkeley en Californie, il est massivement utilisé dans la filière bovine canadienne.

Autres substances interdites dans l’élevage européen : les farines animales. Contrairement à ce qu’assurent le gouvernement et les défenseurs de l’accord, rien n’est dit, dans le Ceta, sur le respect de l’interdit européen concernant le bœuf importé. Perspective d’autant plus inquiétante que l’Agence canadienne d’inspection des aliments a confirmé le 19 juillet à l’agence de presse Agra Presse que la législation canadienne autorisait l’utilisation de certaines protéines de ruminant dans l’alimentation de ces mêmes ruminants, comme les farines de sang et la gélatine.

Cela va à l’inverse du principe de non-cannibalisme de la production européenne, imposé en France et en Europe après le scandale de la vache folle à la fin des années 1990. Le règlement sur l’alimentation du bétail au Canada, lui, n’a pas changé depuis 1983 et les farines animales y sont bel et bien autorisées, comme on peut le constater sur le site de la législation canadienne.

Les antibiotiques s’ajoutent à cette longue liste de substances problématiques. Non pas que ceux-ci soient interdits dans les élevages français, mais ils y sont limités à un usage thérapeutique, alors qu’au Canada ils sont également utilisés comme activateurs de croissance, ce qui ne se fait plus en Europe depuis 1996. En outre, les bêtes ne peuvent être conduites à l’abattoir moins de quatre mois après leur dernière absorption d’antibiotiques. Il n’existe pas de telle règle au Canada.

Incohérences

Bref, le bœuf qui arrive dans nos supermarchés grâce au Ceta n’est pas du tout produit dans les mêmes conditions que sur le continent européen, et l’UE ne pourra pas imposer ses normes de production à son partenaire d’outre-Atlantique. D’ailleurs, Ottawa et Washington n’ont jamais caché leur ambition de contester les règles européennes, qui, à leurs yeux, entravent le commerce international. Après l’interdiction européenne du bœuf aux hormones américain, les deux pays avaient ainsi obtenu de l’organe de règlement des différends de l’OMC, en 2008, qu’il autorise des sanctions commerciales contre l’UE. Sanctions par la suite suspendues en l’échange de l’octroi aux États-Unis de quotas exemptés de droits de douane… Les deux pays, avec d’autres, formulent aussi régulièrement des critiques vis-à-vis de la réglementation européenne sur les perturbateurs endocriniens.

Il n’y a finalement qu’un point dans le Ceta sur lequel le Canada s’engage, il s’agit l’utilisation d’hormones. Bœufs et porcs à destination de l’UE ne pourront pas avoir été nourris aux hormones et aux anabolisants. Cela implique le développement d’une filière spécifique pour l’exportation, tant la production en Amérique du Nord repose massivement sur ces substances.

Comment vérifier que ce mince engagement est respecté ? Le Ceta, comme l’accord commercial à venir avec le Mercosur (entériné en juillet à Bruxelles par la Commission sortante), prévoit la possibilité de contrôle de la chaîne de production canadienne par les autorités européennes. Mais ces contrôles seront organisés en collaboration avec les autorités locales, donc ils n’auront rien d’inopiné ni d’indépendant. Pour la FNB, l’Institut français de l’élevage bovin, ce n’est donc pas une garantie suffisante. L’organisme pointe en outre le manque de moyens du côté des services sanitaires européens pour contrôler la viande à l’arrivée.

D’autant qu’il est difficile de déterminer les substances ingurgitées par l’animal quand on est face à des conteneurs de viande transformée… Et dans l’Hexagone comme en Europe, il y a déjà bien des abus qui échappent aux contrôles. « On ne peut pas vérifier sur de la viande découpée si elle a été traitée aux hormones. C’est quelque chose qu’on ne peut voir que sur des animaux vivants », assure Patrick Bénézit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, joint par Mediapart.

Thibaut.G@ThibautGiraud1

Après le vote du je me demande toujours comment on fera demain … j’ai un peu de mal à imaginer l’avenir ! Heureusement que je suis motivé !!!! @JA_Manche @JA_Normandie @devenireleveur @Agridemain @JeunesAgri

Vidéo intégrée

La protestation de ce jeune agriculteur de la Manche a fait le buzz sur Internet © Thibaut Giraud

Pourtant différents rapports avaient alerté à temps sur les conséquences néfastes du Ceta et sur ses aberrations vis-à-vis des règlements européens. L’un d’eux, que l’on peut difficilement attribuer à un lobby ou à une prise de position radicale, le rapport Schubert, commandé il y a deux ans par le gouvernement et rédigé par une commission d’universitaires, relevait : « Rien n’est prévu dans l’accord Ceta en ce qui concerne l’alimentation des animaux (utilisation de farines animales et de maïs et soja OGM, résidus de pesticides…), l’utilisation des médicaments vétérinaires (notamment des antibiotiques) en élevage, le bien-être des animaux (élevage, transport et abattage). »

La longue étude concluait, entre autres, sur le risque d’influence grandissante des lobbies dans la décision publique avec le mécanisme de coopération réglementaire entre l’UE et le Canada, au caractère illusoire des contrôles sanitaires, et à la nocivité du traité pour le climat. On y lisait : « On peut regretter que cet accord de nouvelle génération ne prenne pas mieux en compte les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique et de développement durable en promouvant de manière ambitieuse la mise en place de systèmes agroalimentaires locaux et territorialisés, reliant consommateurs et producteurs en limitant les besoins de transformation et de transport des denrées alimentaires. »

Si on regarde d’un peu plus près les engagements de Paris et de Bruxelles en matière climatique, sanitaire ou alimentaire, les incohérences du traité sont à vrai dire innombrables. Accord de Paris, États généraux de l’alimentation, déclarations politiques… Le Ceta va à l’encontre de tous les affichages de ces dernières années.

Ainsi selon la loi votée à l’issue des États généraux de l’alimentation à la fin de l’année dernière : il est interdit, dit l’article 44, « de proposer à la vente […] en vue de la consommation humaine ou animale des denrées alimentaires ou produits agricoles pour lesquels il a été fait usage de produits phytopharmaceutiques ou vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne ou ne respectant pas les exigences d’identification et de traçabilité imposées par cette même réglementation ». Et que dire de l’objectif affiché par l’article 24 qui instaure un seuil de 50 % de production locale dans la restauration collective ?

Quant à Emmanuel Macron, il déclarait, un mois avant la ratification du Ceta, à l’occasion du centenaire de l’Organisation internationale du travail : « Je ne veux plus d’accords commerciaux internationaux qui alimentent le dumping social et environnemental, et en tant que dirigeant européen, je le refuserai partout où je n’aurai pas les garanties sur ce point. »

Derrière le Ceta, ce sont en réalité deux philosophies radicalement différentes de la production animale qui s’affrontent : en Europe, on privilégie le principe de précaution et la traçabilité tout au long de la chaîne, tandis qu’au Canada et aux États-Unis, c’est l’étape finale qui est privilégiée : la décontamination et le contrôle du produit. Autrement dit, si la bête répond aux critères sanitaires au moment de l’abattage, quel que soit ce qu’elle a vécu ou ingurgité au cours de son cycle de vie, elle pourra arriver sur les étals de supermarché.

Changer de logiciel

« On n’imaginait pas le Canada avec des méthodes à des années-lumière de ce qui se fait en Europe, lâche Patrick Bénézit. Si un exploitant français se mettait à pratiquer les méthodes d’élevage canadiennes, il irait en prison. D’un côté, nos agriculteurs sont sous pression pour faire de la production de qualité et respectueuse de l’environnement, et de l’autre on fait rentrer, avec cet accord, de la merde sur nos marchés… Ça ne passe pas. »

Au-delà de la défense d’un type de production à la française, la FNSEA fait surtout valoir un argument économique : la filière bovine, déjà en difficulté, va souffrir encore davantage de l’importation de viande d’un autre continent. Surtout, celle-ci, bien meilleur marché que le bœuf européen en raison de coûts de production deux fois moins élevés, va tirer les prix à la baisse. La vente d’aloyau, pièce noble du bœuf qui fournit les entrecôtes, filets et autres faux-filets, risque d’être touchée en premier lieu, car le marché nord-américain, très tourné vers le steak haché, est moins friand que nous de cette partie la plus rémunératrice de la bête (elle représente le tiers de la valeur d’une carcasse). D’après Interbev, le prix de revient de l’aloyau en Europe est de 13,70 euros le kilo tandis qu’il est de 8,60 euros au Canada.

Christian Arvis, secrétaire de la FDSEA (section départementale de la FNSEA) de la Creuse, département agricole où 80 % des exploitants sont des éleveurs bovins, pointe les contradictions de la majorité présidentielle, pour laquelle il avait pourtant voté en 2017, espérant « que cela allait faire bouger un peu les choses ». Le député qui a porté le Ceta à l’Assemblée nationale, Jean-Baptiste Moreau, est précisément l’élu de sa circonscription : un ancien éleveur bovin qui fut le président de sa coopérative. « C’est pourtant quelqu’un qui connaît le terrain ! Il a perdu ses racines. C’est devenu un politicard. Est-ce qu’il vise une place au gouvernement ? »

Les critiques de la FNSEA sont toutefois à prendre avec des pincettes, tant le syndicat majoritaire a défendu pendant des décennies une agriculture française d’exportation. Or qui dit exportation dit traités commerciaux et dit importations. Difficile d’avoir l’un sans l’autre… La confédération à laquelle appartient la FNSEA au niveau européen, la Copa Cogeca, est d’ailleurs toujours favorable au traité de libre-échange avec le Canada.

Reste que l’impact économique du Ceta n’est pas négligeable. Une étude d’Interbevréalisée en 2015 fournit à ce titre une base intéressante. À l’époque, l’étude portait sur l’impact conjugué des deux traités alors en cours de négociation, le Ceta et le TTIP – l’accord de libre-échange avec les États-Unis, abandonné depuis. Mais les volumes pris en compte, 200 000 tonnes de viande bovine, correspondent aujourd’hui à peu de choses près au cumul entre Ceta, accord UE-Mercosur en cours de ratification (99 000 tonnes), et accord UE-Mexique (20 000 tonnes). L’association de la filière bovine française concluait sur un total de 30 000 exploitations menacées, soit 1/5e des éleveurs bovins de l’Hexagone.

Plus que les quantités proprement dites, c’est l’effondrement des prix consécutif à l’importation d’aloyau qui fera disparaître les exploitations. Or dans ce secteur, les éleveurs peinent déjà à dégager un revenu annuel entre 10 000 et 20 000 euros, et le manque de fourrage entraîné par trois années de sécheresse dans certains départements rend la situation particulièrement tendue. Cerise sur le gâteau : les quotas du Ceta peuvent être réévalués par l’UE à tout moment sans négociation avec les États membres, et d’autres traités commerciaux à venir prenant modèle sur cet accord vont continuer à augmenter les volumes.Pour toutes ces raisons, la Confédération paysanne tient un discours bien plus général que la seule opposition au Ceta. Selon elle, c’est le principe même des accords de libre-échange et notre modèle de production qui sont à revoir. « Chacun regarde les accords de libre-échange en fonction de son propre intérêt, dénonce ainsi Olivier Thouret, éleveur bovin et caprin et co-porte-parole de la Conf’ dans la Creuse. Selon nos dirigeants, même si le secteur bovin en pâtit, le Ceta serait globalement favorable à la France, donc il faut être pour. Comme si la France était au centre du monde ! C’est un raisonnement purement économique. Mais si on est tous d’accord aujourd’hui sur le diagnostic du changement climatique, il faut changer de logiciel. Il ne s’agit pas juste de mieux travailler pour mieux respecter l’environnement. Il faut se mettre dans la logique de la transition écologique. »

Nicolas Girod, porte-parole du syndicat au niveau national, renchérit : « Le Ceta reste dans ce modèle d’agriculture industrielle basée sur les échanges et le produire plus etmoins cher. Pourtant, on est actuellement dans un moment de convergence : d’un côté les altermondialistes et ce que la Confédération paysanne défend depuis trente ans, et de l’autre, les jeunes mobilisés sur le climat. Le G7 pourrait marquer ce moment de basculement. »

Il y a tout juste vingt ans, en août 1999, le McDonald’s de Millau était démonté. Avec ce geste, la Confédération paysanne voulait dénoncer les décisions de l’OMC, la malbouffe et les effets de la mondialisation sur le monde agricole. Depuis, les dérèglements climatiques se sont dangereusement accélérés. Le Ceta, accord qui se prétend d’un nouveau type, fait l’effet d’un douloureux surplace.

« Racines du mal », « progrès réel »… le communiqué de l’Elysée sur le G7, un modèle de « novlangue Disney »

Pensée magique. Propos recueillis par Étienne Girard
Le communiqué publié par l’Elysée pour présenter les enjeux du G7 de Biarritz, du 24 au 26 août, s’avère ultra-ambitieux. La sémiologue Elodie Mielczareck décrypte le document, un modèle, selon elle, de « pensée magique » totalement décalée par rapport à la réalité.

L’histoire retiendra peut-être que la bataille contre les inégalités dans le monde a été gagnée à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques). A en croire le communiqué de présentation du G7, qui se tiendra dans la ville basque de ce samedi 24 au lundi 26 août, publié sur le site de l’Elysée, cela ne fait même que peu de doutes. Le texte rédigé par les services d’Emmanuel Macron se veut ultra-ambitieux. Il promet que le sommet s’attaquera « aux racines du mal » et que la France « agit pour un progrès réel vers le jour où l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen sera une réalité. » Quant à la conclusion de cette longue réunion des chefs d’Etat et de gouvernement les plus puissants du monde, « il s’agira de sortir de la seule logique des ‘communiqués finaux’« , souvent perçus comme creux. La sémiologue Elodie Mielczareck, spécialiste de l’analyse du discours politique, décrypte pour Marianne ce document. Selon elle, le texte a toutes les raisons de… susciter la méfiance du lecteur. Soit l’inverse de l’effet recherché.

Marianne : Le ton du communiqué de l’Elysée sur le G7 paraît inhabituel pour un texte de cette nature. Quel est l’effet recherché par la présidence française ?

Elodie Mielczareck : L’ambition de ce texte est clairement de renouer avec le thème du « nouveau monde » développé pendant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron. Le motif de la nouveauté revient à trois reprises. « La France renouvelle profondément le format du G7« , nous explique-t-on deux fois. On parle aussi de « nouvelle méthode de travail« . Sur le fond, le discours est galvanisant, avec de jolies tournures, dont l’accumulation donne un côté lyrique au texte. On se fixe des objectifs ambitieux, à l’opposé de la « real politik » habituelle sur les sujets internationaux. L’idée, c’est de « casser les codes » de ce genre de document. En creux, il y a la mise en avant d’une personnalité, Emmanuel Macron. On commence par parler de la France et on finit par « Emmanuel Macron a décidé de renouveler le format du G7« . On est dans la mythologie du super-héros, qui par sa volonté, change les choses.

P

L’Elysée convoque également la Révolution française et la Déclaration des droits de l’homme, « les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits« . N’est-il pas risqué de se référer ainsi aux épisodes les plus glorieux de l’histoire de France avant un sommet international à l’issue incertaine ?

Une partie des lecteurs peuvent être charmés par cette belle vision de la place de la France dans le monde. Le problème, c’est celui de l’acceptabilité, déterminée par le contexte du texte. On met de beaux mots sur des maux, mais le rapport au réel n’est pas éprouvé. Il y a un décalage entre l’objectif assigné – réduire les inégalités dans le monde, en s’inspirant des Lumières – et ce qu’on observe de la présidence Macron depuis deux ans, quoi qu’on en pense par ailleurs. Cet écart suscite naturellement de la méfiance. A plusieurs endroits du texte, on retrouve d’ailleurs des indices de « langue de bois ».

P

Pourtant, l’objectif du texte semble d’en finir avec la langue de bois diplomatique, comme en témoigne la dernière phrase sur « la logique des ‘communiqués finaux' »…

Oui, mais en réalité, ce texte ne rassure pas sur ce point. Rien n’est clair sur la façon de mettre fin aux inégalités. On retrouve d’abord une surabondance de valeurs abstraites. Il est question de « racines du mal », de « progrès réel », sans qu’on sache plus précisément ce que c’est. On remarque aussi une dimension moraliste, un côté Disney… mais on reste très flou sur les modalités d’action concrète. Il y a les gentils et les méchants, le « mal », des situations « intolérables », « insupportables », mais très peu de compléments circonstanciels dans les phrases, qui permettraient de préciser comment les gouvernements vont s’y prendre. On renoue avec une forme de « pensée magique » : je veux donc les choses changent. Si cette musique apparaît trop déconnectée de la réalité, et c’est le cas ici, l’effet est contre-productif. On lit quelques lignes puis on décroche, comme pour une publicité.

P

Que penser de l’interpellation des citoyens par la formule : « le G7 2019 c’est votre G7, pour notre avenir » ?

On est encore dans le « marketing », la sloganisation du discours politique, pensé comme un discours publicitaire. Comme dans une réclame, on interpelle le lecteur par un pronom personnel : « votre G7 », on utilise le temps présent. Les mots ne sont plus là pour agir sur le réel mais pour raconter le monde et des histoires.

On remarque d’ailleurs que le temps futur est quasiment absent du communiqué, à part dans les dernières lignes, alors que tout se jouera dans quelques jours.

Oui, le temps présent est privilégié. C’est le temps de l’action, mais ça donne l’impression que le centre du discours n’est pas le résultat, mais la méthode. Ce qui compte, ce n’est pas de réussir mais le fait que « la France agit pour un progrès réel ». En cela, Emmanuel Macron est très français. Les Américains prennent traditionnellement davantage soin de faire avant de dire.

P

Lauragais. Stéphane Linou : « Consommer local, c’est agir en faveur de la sécurité nationale »

Le locavore de Castelnaudary, Stéphane Linou, a publié un livre associant résilience alimentaire et sécurité nationale. Les thèses qu’il y développe suscitent l’intérêt du Sénat.

Stéphane Linou avec son livre , publié en juin dernier.
Stéphane Linou présente son livre liant les thèmes de la résilience alimentaire et de la sécurité nationale, publié en juin dernier. (Crédit photo : Paul Halbedel – VDML)

Conseiller municipal à Castelnaudary et ancien conseiller général de l’Audede 2011 à 2015,  Stéphane Linou est considéré par beaucoup comme le premier locavore de France. En 2008, le Chaurien s’était uniquement nourri d’aliments produits à moins de 150 kilomètres de chez lui pendant toute une année.

Référence en termes de consommation locale, il prône l’importance de disposer des ressources alimentaires sur les territoires pour une question de sécurité publique notamment. Un combat qu’il mène depuis des décennies et qui semble en train de porter ses fruits. Stéphane Linou ironise :

Je tiens les mêmes propos depuis 20 ans. À l’époque, on me prenait pour un fou et aujourd’hui certaines de ces mêmes personnes me flattent. Ce sont des hypocrites.

« Nos territoires sont perfusés par la grande distribution »

Stéphane Linou a décidé il y a plusieurs mois de monter jusqu’à la capitale pour reprendre ses études, en parallèle de son travail.

À l’issue de son Mastère spécialisé en gestion de prise de risque sur les territoires, le conseiller municipal a élaboré un mémoire alliant résilience alimentaire – c’est-à-dire la capacité à faire face à une pénurie alimentaire – et la sécurité nationale. Dans celui-ci, il tire la sonnette d’alarme :

Ni les habitants, ni l’État, ni les magasins ne stockent. Et il n’y a plus beaucoup de paysans. On n’est pas autonome. Même nos territoires ruraux sont perfusés par la grande distribution. Par exemple, la métropole toulousaine a une autonomie de 2 %. Ce n’est rien du tout.

Agir sur sa sécurité en consommant local

Stéphane Linou pose ainsi le problème de la sécurité nationale en cas de problème de réapprovisionnement de nourriture sur le territoire :

Si un trouble à l’ordre public survenait, la chaîne alimentaire pourrait être rompue. Il y a un réel trou dans la raquette. Il n’y a pas d’aménagement à l’aide alimentaire.

Lire aussi : Stéphane Linou milite pour « une exception alimentaire à la française »

Et selon le locavore de Castelnaudary, la situation est d’autant plus préoccupante qu’il n’y a pas de plan de secours :

Il faut donc passer à l’étape de la production qui relève des responsabilités politique et citoyenne. Mettre des produits locaux, stopper le bétonnage, installer plus de paysans… Ce sont des actes de sécurité. Lorsqu’on consomme local, on agit sur la sécurité. Conduire les paysans au plus près de soi, c’est agir sur sa sécurité. Les paysans et les consommateurs ont une grande responsabilité.

« Nous sommes fragiles »

Pionnier du mouvement locavore, Stéphane Linou loue le rôle majeur des circuits courts, donc une limitation des intermédiaires entre le producteur et le consommateur :

Il faut que la production alimentaire soit territorialisée. L’analyse de la résilience alimentaire n’est jamais dans les plats. Je suis le premier à lier ce sujet avec la sécurité nationale.

Lire aussi : Castelnaudary. Pour Stéphane Linou, manger local est « une question de sécurité nationale »

Il se positionne en faveur d’une préoccupation qui existait il y a quelques siècles de cela :

L’alimentation faisait déjà partie intégrante de la sécurité à l’époque. Il y avait même une police des grains et de la viande. Il y avait une sécurité collective additionnée à la sécurité individuelle. Aujourd’hui, on vit dans l’illusion de la sécurité alimentaire. Avec l’exploitation des énergies fossiles, devenues des énergies faciles, on en a complètement artificialisé nos meilleures terres : on fait désormais venir de loin nos aliments grâce au charbon et au pétrole. Avant nous allions vers la nourriture avec la chasse puis l’agriculture. Aujourd’hui elle vient à nous. Nous sommes fragiles.

. Le Chaurien s’interroge : « Que se passera-t-il quand l’effondrement de la biodiversité se fera sentir ? »

Une mobilisation importante

« Jamais ces deux sujets n’ont été liés ensemble, affirme Stéphane Linou. C’est l’une des raisons pour lesquelles il mobilise autant de personnes ».

Effectivement, dans le cadre de son mémoire, le Chaurien avait adressé un questionnaire à plus d’une centaine de personnes : « J’ai envoyé mes questions à des spécialistes, des professeurs ou des membres de l’école… J’ai obtenu un taux de réponse de 50 %, ce qui est très rare », assure-t-il. Stéphane Linou continue :

Beaucoup de personnes se sont montrées très intéressées comme la Préfecture de Paris, la gendarmerie nationale, diverses institutions telles que la zone de défense de Paris…

Ce questionnaire, portant sur l’état actuel de la production alimentaire territorialisée et sur son effondrement, était encadré par l’ancien colonel de l’armée de Terre, François Laplace et le géographe, Franck Brachet.

Il a été encouragé à publier son mémoire

Le 26 janvier dernier, Stéphane Linou a présenté ses recherches devant le jury de l’École internationale des sciences du traitement de l’information (EISTI) à Cergy-Pontoise. La présentation a été encadrée par l’ancien colonel François Laplace et des membres du jury militaire, qui l’ont fortement incité à publier son mémoire.

Lire aussi : Tribune de Stéphane Linou et Andréa Caro Gomez : « Mais que peut-on faire de ce pognon ? »

Une tâche à laquelle il s’est attelé puisque son livre, intitulé Résilience alimentaire et sécurité nationale, est paru officiellement au mois de juin. « Le livre a été présenté et promu. J’ai fait une autoédition sur The book edition mais le livre n’est pas encore disponible en librairie. J’ai aussi donné beaucoup de conférences », explique-t-il.

Avant cela, le Chaurien avait déjà créé un module de formation sur l’effondrement du système qui est désormais éligible pour le Compte personnel de formation (CPF).

De l’école au Sénat

À la suite de la publication des recherches de Stéphane Linou dans son livre, Françoise Laborde, sénatrice de Haute-Garonne, a déposé le 20 juin une proposition de résolution signée par plusieurs de ses collègues. Celle-ci reprend le titre du mémoire du Chaurien. Stéphane Linou souligne :

Ce projet est basé sur mes analyses et mes propositions. La démarche de la sénatrice Françoise Laborde, qui s’intéresse depuis longtemps à mes travaux, l’a rendu officiel au sénat. Cela permet au public de se rendre compte du sérieux de ce sujet.

Lire aussi : Le Lauragais Stéphane Linou a conçu une formation pour se préparer à l’effondrement du système

Stéphane Linou aimerait que son thème soit décliné dans toutes les régions, en passant par le législatif notamment :

C’est la première fois au Parlement que ce sujet d’envergure va être abordé. Ce document est officiel et public, donc n’importe quel citoyen peut en avoir connaissance.

M. Joël Labbé, co signataire, Sénateur du Morbihan, membre du groupe RDSE et de M. Stéphane Linou auteur de l'ouvrage Résilience alimentaire et sécurité nationale.
Stéphane Linou au Sénat, entouré de la sénatrice Françoise Laborde qui a déposé la proposition de résolution « Résilience alimentaire et sécurité nationale » et du sénateur Joël Labbé, co-signataire du texte.

Stéphane Linou témoigne ainsi de l’importance de ses recherches :

C’est un lancement d’alerte argumenté, avec des pistes d’action. Des gens s’engagent à visage découvert, dont des militaires. Ce sujet devrait être retranscrit à l’ordre du jour de la sécurité du territoire donc relever du régalien. Cela permettrait de sortir avec des arguments en béton au niveau de la sécurité nationale.

Stéphane Linou devra toutefois patienter encore quelques mois. La proposition de résolution devrait en effet être débattue au mois de novembre.

Lisa Hervé