Noël : Mediapart vous offre une conférence à 100 000 dollars de Sarkozy

Publié par Médiapart :

http://www.mediapart.fr/journal/france/201214/noel-mediapart-vous-offre-une-conference-100-000-dollars-de-sarkozy

 

Nicolas Sarkozy et Chang Dae-whan au World Knowledge Forum de Séoul (Corée du Sud), le 14 octobre.
Nicolas Sarkozy et Chang Dae-whan au World Knowledge Forum de Séoul (Corée du Sud), le 14 octobre. © Twitter/@MichleDeslangle


Mais que peut bien raconter Nicolas Sarkozy de si décisif et de si spirituel pour être aussi grassement rémunéré ? Que dit-il au reste du monde, lui qui ne dit pas grand-chose aux Français ? Les équipes du président de l’UMP font tout pour garder le contenu de ses conférences secret. Les verbatims sont rares, les enregistrements encore plus. La magie de Noël étant ce qu’elle est, Mediapart s’en est pourtant procuré un. Et en propose l’écoute et la lecture au long cours (à partir de la page 2) sans être obligé de débourser des milliers d’euros.

Cet enregistrement a été réalisé le 14 octobre, en pleine campagne pour la présidence de l’UMP, à l’occasion du World Knowledge Forum, une conférence internationale qui accueille chaque année, à Séoul (Corée du Sud), la crème du monde politique et économique. C’est là que Dominique Strauss-Kahn avait fait son retour médiatique il y a deux ans. Parmi les invités de la cuvée 2014 : Nicolas Sarkozy, donc, mais aussi l’économiste français Thomas Piketty et l’ex-président de la BCE, Jean-Claude Trichet. « Pour ce forum de Séoul, les prestations se chiffreraient jusqu’à 100 000 dollars selon les invités », explique Libération.

Pendant une petite heure, on y entend l’ex-chef de l’État répondre (en français) aux questions (posées en coréen) de Chang Dae-whan, un homme d’affaires sud-coréen, un temps pressenti pour devenir premier ministre. Censé exposer ses idées pour « revigorer l’économie mondiale » – le thème de la conférence –, Nicolas Sarkozy livre en réalité une prestation décousue, qui oscille entre inconsistance et grand n’importe quoi. Le tout, devant ce que Libération a décrit comme « un parterre de près de 900 invités du monde des affaires et de la politique triés sur le volet ».

Qu’apprend-on dans cet enregistrement ? Rien, sinon que le patron de l’UMP a une vision pour le moins brouillonne des enjeux internationaux en général, et de ceux du continent asiatique en particulier. Certains passages de sa prestation confinent à la gêne absolue, comme lorsqu’il digresse sur la liberté des femmes, en prenant l’exemple de la sienne, ou encore lorsqu’il lâche, toute honte bue : « Quand l’Europe regarde l’Asie, les Européens disent : “C’est tous les mêmes.” » Son interlocuteur, Chang Dae-whan, semble avoir bien du mal à cacher son embarras, entre rires étouffés et « OK… » évocateurs.

Nicolas Sarkozy prodigue donc ses conseils. Voici la Corée du Sud presque sommée d’organiser l’Asie en prenant l’initiative de créer une organisation régionale. « Imaginer une structure régionale, c’est ce qu’il y a de plus important. Et vous, les Coréens, vous êtes mieux placés que les autres pour l’imaginer », assure-t-il. Oubli de l’ancien président : la Corée du Sud est déjà membre de la puissante Asean (Association des nations de l’Asie du Sud-Est) et les structures de ce type pullulent dans la région (pour ne citer que l’Apta et l’Apec).

Ignorant des structures de coordination en Asie, Nicolas Sarkozy l’est tout autant de celles existant en Amérique latine, et le voici soudain asséner que « le Mercosur, ça ne suffit pas ». Effectivement, ça ne suffit pas et une demi-douzaine d’organisations régionales existent aujourd’hui, la dernière née étant, en 2010, la Communauté des États de l’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC). Sarkozy aurait pu utilement parcourir cette brochure de l’Agence française du développement sur les dynamiques et enjeux de développement en Amérique latine : elle est ici.

Plus fort encore ! L’ex-chef de l’État affirme avoir créé le G20, pour mieux bousculer les conservatismes du monde. C’est ce qu’il explique à ses auditeurs fortunés : « Quand j’ai créé le G20, M. Ban Ki-moon m’a demandé : “Pourquoi crées-tu une organisation concurrente aux Nations unies ?” » Problème : le G20 a été créé dès 1999, à l’initiative non pas de Sarkozy – qui n’était alors que maire de Neuilly et député – mais du ministre canadien de l’économie de l’époque, Paul Martin.

S’en prenant directement à un autre invité du forum, Thomas Piketty, et moquant sa proposition de taxer les hauts revenus à 80 %, Nicolas Sarkozy joue les grands guignols en dénigrant ces « intellectuels », « très importants, selon lui, pour comprendre après ce qu’il s’est passé avant ». « Quand vous êtes chef de l’État et qu’il y a une crise, faut prendre des décisions, faut être rapide, dit-il. Bon, peut-être que parfois quand on est trop intelligent, c’est un problème. » Le reste de son propos n’est qu’une resucée du verbiage déjà entendu à Monaco, lors d’une précédente conférence dont Nice-Matin avait révélé la teneur. Il est vrai que les hommes d’affaires sud-coréens ne lisent pas, a priori, Nice-Matin.

Publicités

Campagne électorale 2017

Médiapart 1/12/2014. Sarkozy, les vraies batailles commencent. ar Ellen Salvi :

http://www.mediapart.fr/journal/france/291114/sarkozy-lump-les-vraies-batailles-commencent

Courrier international. New-York Times 10/11/2014, Sarkozy : une toute petite victoire. Par Suzanne Daley : http://www.courrierinternational.com/article/2014/11/27/sarkozy-une-bien-petite-victoire

Médiapart les programmes des candidats aux présidentielles 2017 :

https://blogs.mediapart.fr/georges-ledoux-lanvin/blog/160417/presidentielles-2017-revue-des-etudes-de-20-ong-et-experts-les-avis-sont-unanimes?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66